Triebwagen Gornergrat Bahn 3061
Back

Deux automotrices, de nombreuses utilisations

Anectode 81

Lorsque les premières locomotives du Gornergrat Railway durent être remplacées, l’entreprise acheta en 1981 deux nouvelles automotrices pour un montant de sept millions de francs. Hans Tribolet, ancien responsable du matériel roulant et de la traction, se remémore cette période dans une interview. 

Hans Tribolet, à la fin des années 1970, le Gornergrat Railway envisageait l’acquisition de deux nouvelles automotrices. Quelles étaient les exigences ?  

Hans Tribolet  : « Pour remplacer les anciennes locomotives à deux essieux qui étaient en service depuis l’ouverture du Gornergrat Railway en 1898, nous étions à la recherche d’un véhicule universel. Il devait répondre à trois exigences de base : 1. Pour le déneigement, il devait être plus performant et plus facile à régler à différentes vitesses. 2. Pour le transport de marchandises, les processus devaient être plus rapides et plus sûrs. 3. En cas de besoin, il devait pouvoir renforcer le transport des passagères et passagers. » 

Avez-vous dû relever des défis techniques ? 

Hans Tribolet  : «Nous avons conçu l’automotrice de telle sorte qu’une voiture-pilote indépendante puisse être attelée pour la première fois automatiquement et sans intervention du personnel de la manœuvre. Pour répondre à ces exigences, des équipements techniques supplémentaires et nouveaux ont été nécessaires. » 

Quelle est la durée de vie des véhicules ? 

Hans Tribolet  : « Ces véhicules sont utilisés de manière fiable depuis plus de 40 ans. Ils rendront certainement encore de bons services à la compagnie ferroviaire pendant de nombreuses années. En principe, ils n’ont pas réellement une fin de vie déterminée s’ils sont entretenus correctement et régulièrement. » 

Avez-vous des souvenirs particuliers liés aux nouvelles automotrices ? 

Hans Tribolet  : Oui, j’ai de nombreux souvenirs très positifs. Dans le cadre de ma fonction, j’ai dû régulièrement accompagner des trajets avec le chasse-neige. La puissance de ces machines et les interventions au petit matin m’ont toujours beaucoup impressionné. Je me souviens aussi particulièrement bien des fois où nous avons hissé au Gornergrat les confortables voitures-salons Pullman des Chemins de fer rhétiques. Ces trajets d’époque débutaient à Saint-Moritz et conduisaient à Zermatt via la ligne du Glacier Express. L’un des temps forts était la montée au Gornergrat. Ces trajets existent d’ailleurs encore aujourd’hui. À l’époque, les trajets à ciel ouvert étaient également une belle offre de la compagnie ferroviaire. Dans le wagon ouvert, j’ai pu profiter pleinement de la vue, ressentir le vent et sentir le parfum d’arole dans les bois. 

Quelle a été l’importance de cette acquisition pour le Gornergrat Railway ? 

Hans Tribolet  : Les nouveaux véhicules multifonctions ont permis d’accroître considérablement la flexibilité de la compagnie ferroviaire. Dans le domaine du transport de marchandises, nous avons pu convoyer des charges plus importantes. Quant au fonctionnement du chasse-neige, il a gagné en efficacité. Il était également important que nous puissions renforcer le transport des passagères et passagers, qui dépendait toujours de la météo, en cas de forte demande. 

Contexte 

En 1947, des automotrices en alliage léger remplacèrent les premières locomotives du Gornergrat Railway. Les anciennes locomotives furent utilisées principalement pour le transport de marchandises et le service hivernal. À la fin des années 1970, elles ne parvinrent plus à remplir ces missions et durent être remplacées.  

En 1981, le Gornergrat Railway mit en service deux nouvelles automotrices (3061/3062) avec des voitures-pilotes (3071/3072).  

Hans Tribolet débuta sa carrière au Brig-Visp-Zermatt Bahn et au Gornergrat Railway en 1970 en tant qu’ingénieur mécanique. Plus tard, la compagnie ferroviaire le nomma responsable du matériel roulant et de la traction et membre de la direction. L’acquisition des automotrices pour le Gornergrat Railway fut l’un de ses nombreux projets. Hans Tribolet prit sa retraite fin mai 2003. 

Ce contenu vous plait?